La trilogie berlinoise, de Philip Kerr

Publié le 13 Janvier 2013

La trilogie berlinoise, de Philip Kerr

A travers trois romans, Philip Kerr crée un détective digne des grands classiques. Trois romans, trois périodes du nazisme, des Jeux Olympiques de Berlin en 1936, à l'après-guerre en Autriche en passant par l'annexion des Sudètes en 1938. Bernhard Gunther, un ancien flic, est détective privé. Il est désabusé, pragmatique et, si ses opinions sur le Troisième Reich sont claires, il n'en compose pas moins avec le régime. Ses clients sont aussi bien des juifs à la recherche d'un proche disparu que des nazis. Tout argent est bon à prendre en ces périodes de vache maigre.

Philip Kerr, dans un style impeccable teinté d'ironie, nous fait découvrir la vie d'un allemand moyen dans cette période trouble, violente, où les tourments idéologiques sont balayés par l'instinct de survie. Cette aventure de Marlowe chez les nazis nous fera rencontrer des anonymes mais aussi Goebbels, Heydrich, Himmler, Goering ou Arthur Nebe. La naïveté de Gunther, ses relations ambiguës avec les hauts dirigeant du parti nazi et sa loyauté vis-à-vis de ses clients nous plongent dans un récit tout en contrastes absolument passionnant.

Pour ceux qui sont passionnés par cette période de l'Histoire, ces trois romans, L'été de cristal, La pâle figure et Un requiem allemand, sont un pur délice.

Repost 0
Commenter cet article