Articles avec #2008 tag

Publié le 9 Novembre 2014

Perte et fracas, de Jonathan Tropper

Pas simple de faire rire avec l'histoire d'un veuf de 29 ans. Et pourtant, c'est bien avec le deuil douloureux de son personnage que Jonathan Tropper embarque le lecteur dans un récit touchant, drôle et sensible. Entre sa famille, franchement atypique et attachante, son beau-fils en pleine rébellion, sa maîtresse et les lapins sur sa pelouse, Doug passe ses journées à tenter d'atténuer sa douleur à grands coups de whisky.

Des scènes hilarantes, des dialogues brillants, un brin de tristesse et une bonne dose d'humanité composent un cocktail qui fonctionne à merveille. J'adore !

Perte et fracas
sur Amazon

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #litterature americaine, #coup de foudre, #deuil, #famille, #2008

Repost 0

Publié le 2 Février 2013

Une douce flamme, de Philip Kerr

Cinquième épisode de la série Bernhard Gunther (La trilogie berlinoise, La mort, entre autre), encore une réussite.

C'est à Buenos Aires, en 1950, que l'on retrouve Bernie obligé de fuir l'Europe sous une fausse identité. Il retrouve sans grand plaisir, en Argentine, nombre de ses concitoyens au passé lourd de crimes nazis. Rapidement engagé par Perón pour enquêter sur des meurtres de jeunes femmes, il tente de se racheter une conduite. Il est vite rattrapé par ses vieux fantômes lorsqu'il fait la connaissance d'une jeune femme, juive, dont l'oncle et la tante ont mystérieusement disparu.

Ce roman, merveilleusement documenté, est l'occasion de s'imprégner de l'Argentine au passé trouble de Perón, un pays de dissimulation, de torture, un sanctuaire pour les anciens nazis. A travers deux enquêtes parallèles, Philip Kerr nous embarque encore une fois dans un récit glaçant et ironique dans lequel on s'ennuie pas une seconde. On suit avec un plaisir mêlé de dégoût les aventures de Bernie Gunther.

Encore un bijou du maître écossais !

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #polar, #nazisme, #argentine, #disparition, #coup de foudre, #littérature écossaise, #2008, #juif

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2012

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates, de Annie Barrows et Mary Ann Shaffer

J'étais curieuse de lire ce roman. Tout d'abord parce que c'est un best seller (et cela fait longtemps que je n'en lis plus beaucoup), et surtout parce que c'est un roman épistolaire. Le titre ne manquait pas d'humour et le sujet me paraissait plutôt attirant. Me voilà donc en compagnie de Juliet, écrivain à succès, à la recherche du sujet de son prochain roman. C'est une lettre reçue de Guernesey qui le lui donnera. Une correspondance s'établit avec plusieurs habitants de l'île, tous membres d'une cercle littéraire qu'ils ont formé sous l'occupation allemande.

Au final, il y a bien qu'en lisant le titre que l'on sourit. Un doux ennui m'a rapidement envahie. Certes, c'est joli, c'est tendre, on voit poindre un histoire d'amour dès les premiers échanges, les bons sentiments ont de dessus sur les vilaines injustices de l'occupant... Mais tout cela est un peu niais et plein de grosses ficelles. Le style épistolaire, qui m'attirait tant, ne convient pas au nombre très (trop ?) important de personnages, et cela devient vite fouillis. Je ne veux pas accabler ce livre dans lequel j'ai quand même appris pas mal de choses sur les enjeux stratégiques que représentait Guernesey pendant la guerre. Mais, j'aurais peut-être mieux fait de lire un manuel d'histoire...

Voir les commentaires

Repost 0