Articles avec #coup de gueule tag

Publié le 31 Janvier 2015

Les mécanos de Vénus, de Joe R. Lansdale

Hap et Leonard vivotent en accumulant les petits boulots. L'un est blanc, insoumis et désabusé, l'autre est noir, homosexuel, boiteux et violent. C'est dans un champ de roses au fin fond du Texas que la sulfureuse ex-femme de Hap les retrouve et débarque les cuisses dénudées et les bras chargés d'une affaire aussi juteuse qu'illégale.

Quelle déception que ce premier roman de la série Hap Collins et Leonard Pine ! Inconditionnelle de ces deux anti-héros et, de ce fait, probablement assez exigeante, je n'ai retrouvé ni la truculence des dialogues, ni la folle insouciance qui anime habituellement ces deux personnages si décalés et attachants. Une intrigue linéaire et passablement attendue, des dialogues poussifs et finalement assez vulgaires, des protagonistes flirtant de trop près avec la caricature et un portrait grossièrement taillé des deux héros ont agi sur moi comme un répulsif. On ne se pose pas longtemps la question de savoir pourquoi cet épisode n'a été traduit que 14 ans après l'incontournable Arbre à bouteilles. Ce livre est tellement éloigné des autres de la même série qu'il reste juste à espérer qu'aucun lecteur ne commence par celui-là...

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #coup de gueule, #1990, #litterature americaine, #polar, #Texas

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2014

Purgatoire des innocents, de Karine Giebel

Suite au braquage d'une bijouterie qui tourne mal, les fuyards trouvent refuge dans une maison isolée et séquestre la propriétaire. La probabilité pour tomber juste sur la maison d'un tueur en série était faible, et pourtant c'est bien ce qui attend les cambrioleurs.

Présentée comme ça, l'intrigue est plutôt alléchante. C'était sans compter sur la volonté de l'auteur d'en faire des tonnes et de repousser toujours plus loin les limites au point d'en devenir franchement lourdingue. Chaque chapitre est une surenchère dans la cruauté, la barbarie et le glauque. Sans ménagement et sans finesse, le lecteur est plongé dans les méandres de la folie et de l'horreur et finit par s'y perdre. Une lecture à oublier...

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 17 Août 2013

 De l'autre côté de l'ombre, de Graham Hurley

La huitième enquête de l'inspecteur Faraday est peut-être celle de trop pour moi... Pourtant on y retrouve les héros récurrents des polars de Graham Hurley, l'écriture est fluide, intelligente, on plonge dans Portsmouth et sa délinquance, mais quelle lenteur ! Dans cet épisode, l'auteur nous gratifie de deux récits parallèles. Tout d’abord, l'enquête sur le meurtre d'un agent immobilier menée par Faraday, ce flic désabusé, calme, ornithologue et sérieux. Ensuite, les déboires de Winter, ex-flic mis à pied, récemment embauché par le caïd local. Deux récits tout en longueurs et clichés dans lesquels je ne suis jamais rentrée. J'ai survolé ce roman avec ennui et ténacité et je l'ai refermé avec soulagement.

Une vraie déception, car j'avais dévoré toutes les autres aventures de ces héros tristes de Portsmouth.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #2011, #polar, #meurtre, #portsmouth, #litterature anglaise, #coup de gueule

Repost 0

Publié le 17 Avril 2013

La première chose qu'on regarde, de Grégoire Delacourt

Après La liste de mes envies, que j'avais passablement détesté, j'ai voulu faire la paix avec Grégoire Delacourt. Mal m'en a pris... Cette histoire abracadabrante d'un garagiste de province fasciné par les grosses poitrines qui voit Scarlett Johansson débouler dans sa vie est à la limite du grotesque.

Cette fable moderne qui tente de faire la critique du vedettariat frise en permanence le ridicule. La critique est facile, le propos est creux... Comment vivre anonymement avec le physique d'une star d'Hollywwod ? Voilà qui est une question que je ne m'étais pas vraiment posée et à laquelle ce livre répond à grands coups de clichés. L'écriture est parfois maladroite, souvent lourde et dégoulinante de mièvrerie. J'ai eu le sentiment qu'à vouloir faire trop simple, l'auteur en est arrivé à faire du simpliste.

Encore un rendez-vous raté avec cet auteur... Ce sera le dernier.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #coup de gueule, #2013, #litterature francaise, #sosie, #amour

Repost 0