Publié le 30 Décembre 2013

L'homme du lac, d'Arnaldur Indriðason

Lorsqu'un lac se vide, le passé peut refaire surface. Le passé prend ici la forme d'un squelette retrouvé lesté à un émetteur radio au fond d'un lac islandais. L'enquête est confiée au commissaire Erlendur, homme intègre, torturé et héros récurrent des romans d'Arnaldur Indriðason. Son travail de fourmi pour identifier l'homme du lac le mènera dans les années 50 sur les traces d'étudiants islandais partis étudier à Leipzig.

Comme souvent chez cet auteur, on est loin de rythme haletant de certains polars. Ici la narration est douce et prend son temps. Ce roman truffé de flash-back nous entraîne en ex-Allemagne de l'Est en pleine guerre froide. Si quelques clichés, notamment sur la traque des communistes, auraient pu être évités, le récit sur fond de stasi, de trahison et de délation n'en demeure pas moins passionnant et parfaitement construit. Une livre qui se déguste avec grand plaisir.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #littérature islandaise, #2004, #polar, #guerre froide, #Islande, #RDA, #coup de coeur

Repost 0

Publié le 22 Décembre 2013

Un sur deux, de Steve Mosby

Un début assez simple et efficace : un tueur en série a mis au point un jeu macabre consistant à torturer un couple jusqu'à ce que mari ou femme décide lequel des deux doit mourir. Tous les ingrédients du thriller sont là : un flic légendaire un peu cassé à la suite du meurtre de son adjoint, le jeune inspecteur fraîchement recruté, doué et admiratif devant son aîné et un psychopathe bien cruel...

Oui, mais voilà, la sauce n'a pas pris. L'auteur a choisi d'offrir au lecteur une multitude de points de vue, entre les différents enquêteurs, les victimes, la femme d'un des flics... Finalement, trop de fils narratifs rendent le récit saccadé et lui font perdre de son intensité. Sans compter les nombreux rebondissements qui conduisent à une fin confuse et inaboutie. Si la lecture de ce roman n'est pas non plus une purge, notamment grâce au style simple et précis de Steve Mosby, on est loin du nouveau Lehane promis par la quatrième de couverture.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #enlèvement, #tueur en série, #polar, #2007, #coup de coude, #couple, #litterature anglaise

Repost 0

Publié le 15 Décembre 2013

Les apparences, de Gillian Flynn

Dans une bourgade du Mississipi, une New-yorkaise exilée là avec son mari, disparaît un matin laissant derrière elle une maison sans dessus dessous et un journal intime. Une fois de plus, c'est le mari qui est soupçonné, et une fois de plus on ne se laisse pas avoir par une construction narrative un peu éculée. Sur fond d'enquête, nous voilà entraînés, bien malgré nous, dans les méandres d'une vie de couple un peu terne revue et corrigée par la plume des deux protagonistes...

Ce récit à deux voix laisse une impression très mitigée. Une écriture assez lambda, un schéma vu et revu, des rebondissements totalement téléphonés, des personnages lisses et une tentative de manipulation un peu lourdingue m'ont donné envie plus d'une fois de refermer rageusement ce livre. Et pourtant je suis allée jusqu'au bout avec l'envie de savoir si tout rentrait vraiment dans le moule du thriller sans originalité. Bien m'en a pris, car c'est la toute fin de l'histoire qui a réussi à me surprendre et à sauver ce roman d'un coléreux coup de gueule.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #polar, #coup de coude, #couple, #disparition, #2012, #litterature americaine

Repost 0