Articles avec #amour tag

Publié le 18 Avril 2013

De là, on voit la mer, de Philippe Besson

Philippe Besson écrit beaucoup et bien. Dans ce nouveau roman, on fait la connaissance de Louise, un auteur parti s'isoler en Italie pour écrire. Elle s'éloigne de Paris, de son mari et de sa vie sociale. Elle se laisse guider par son instinct et sa passion et finit par faire la connaissance d'un jeune Italien.

Ce livre est extrêmement bien écrit, dans un style travaillé et juste. Les descriptions sont précises et nous embarquent totalement dans la chaleur de l'automne italien. Pour autant, je ne suis pas rentrée dans cette histoire d'amour adultère. Les sentiments sont présents de bout en bout mais manquent de profondeur. La mise en abyme esquissée en début de roman n'est pas exploitée. J'ai eu l'impression que l'auteur s'évertuait à prendre systématiquement, au fil des pages, le parti opposé à celui qui m'attirait. Je suis vraiment passée à côté de ce roman qui n'a pas réussi à me captiver une seule seconde.

Loin d'être une perte de temps, ce livre reste une très jolie lecture, un tantinet ennuyeuse tout de même.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #coup de coude, #2013, #amour, #couple, #adultère, #Italie, #litterature francaise

Repost 0

Publié le 17 Avril 2013

La première chose qu'on regarde, de Grégoire Delacourt

Après La liste de mes envies, que j'avais passablement détesté, j'ai voulu faire la paix avec Grégoire Delacourt. Mal m'en a pris... Cette histoire abracadabrante d'un garagiste de province fasciné par les grosses poitrines qui voit Scarlett Johansson débouler dans sa vie est à la limite du grotesque.

Cette fable moderne qui tente de faire la critique du vedettariat frise en permanence le ridicule. La critique est facile, le propos est creux... Comment vivre anonymement avec le physique d'une star d'Hollywwod ? Voilà qui est une question que je ne m'étais pas vraiment posée et à laquelle ce livre répond à grands coups de clichés. L'écriture est parfois maladroite, souvent lourde et dégoulinante de mièvrerie. J'ai eu le sentiment qu'à vouloir faire trop simple, l'auteur en est arrivé à faire du simpliste.

Encore un rendez-vous raté avec cet auteur... Ce sera le dernier.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #coup de gueule, #2013, #litterature francaise, #sosie, #amour

Repost 0

Publié le 12 Janvier 2013

L'homme qui aimait ma femme, de Simonetta Greggio

Je découvre cet auteur avec L'homme qui aimait ma femme, et j'avoue que je suis assez charmée. Simonetta Greggio nous rejoue Jules et Jim et s'en tire plutôt pas mal. Yann et Alexandre sont frères. Le premier est romantique et studieux, le second est libertin et bon vivant. Leur point commun s'appelle Maria. Pendant 40 ans, ils l'aimeront et croiseront le chemin d'autres femmes sans qu'aucune ne parvienne à la remplacer.

Le récit de Simonetta Greggio est dense, bien ficelé et très agréable. Dans un style simple et fluide et en adoptant des points de vue multiples, elle parvient à décrire avec une précision remarquable les sentiments des personnages. Le lecteur vit intensément leurs amours, leurs tourments et leurs espoirs.

J'ajouterai tout de même un bémol : le roman est entrecoupé de trop nombreuses digressions sur la vie d'intellectuels, philosophes ou cinéastes, qui n'apportent pas grand chose et alourdissent la narration.

Cette lecture, sans être absolument passionnante, permet de passer un moment très sympathique.

Voir les commentaires

Rédigé par La Chouette

Publié dans #litterature francaise, #freres, #couple, #coup de coude, #paris, #2012, #amour

Repost 0

Publié le 18 Décembre 2012

Un instant dans le vent, de André Brink

Waouh ! Quelle histoire d'amour !

Tout commence, en Afrique du Sud, par une expédition dans le veld qui tourne à la catastrophe. Elisabeth, une femme blanche se retrouve seule au milieu de la forêt désertique. Elle fait la connaissance pas vraiment fortuite d'Adam, un esclave noir en fuite. Ils marcheront ensemble pendant des mois et apprendront à se découvrir l'un l'autre mais aussi eux-mêmes.

Tout est réuni pour que ce roman tombe dans la mièvrerie et pourtant l'écriture d'André Brink fait tout passer en finesse. Il nous décrit magistralement la naissance d'un amour. Et, au-delà de l'histoire d'amour, il nous parle de cette terre africaine qu'il adore et des rigueurs de l'apartheid qu'il a toujours condamné.

Chaleur, sensualité, interdits... De quoi réchauffer les longues soirées d'hiver.

Voir les commentaires

Repost 0