Publié le 5 Juin 2015

Fenêtre sur crime, de Linwood Barclay

Un jeune schizophrène rivé jour et nuit à son écran d'ordinateur tombe sur la photo d'un crime immortalisé par un service de cartographie en ligne. Bien malgré lui, il entraîne son frère dans une affaire qui va rapidement prendre une dimension politique. Une chasse à l'homme est ouverte pour éradiquer tous les témoins de ce malheureux contretemps.

Une construction assez classique avec des récits parallèles qui finissent inexorablement par se rejoindre, un rythme soutenu, une écriture sans fioritures... Lindwood Barclay offre un polar agréable et efficace qui, s'il ne restera probablement pas dans les annales de la littérature policière, permet néanmoins d'être tenu en haleine un bon moment. Une fin toutefois assez prévisible ternit un peu l'impression positive laissée par ce roman. Une bonne lecture de plage, en somme...

tous les livres sur Babelio.com

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #meurtre, #polar, #litterature americaine, #2012, #New-York, #coup de coeur

Publié le 24 Mars 2015

Le paradis des ratés, d'Ed McBain

Héros fatigué et désabusé après s'être pris deux balles dans la peau, Hope, avocat en Floride, voit débarquer dans son bureau une femme aux atouts suffisamment éloquents pour qu'il accepte de retrouver son mari disparu. L'affaire prend immédiatement tour différent quand les papiers dudit mari sont retrouvés le soir même sur un cadavre. Au fil de ses investigations, Hope est amené à se rapprocher d'Isola, ville du nord des Etats-Unis, où Carella, autre héros récurrent de l'auteur, entre en scène.

Si ce roman possède incontestablement beaucoup de qualités, de l'humour, une écriture maîtrisée, du rythme, je ne suis toutefois pas franchement emballée. McBain livre un récit aux rebondissements plus nombreux qu'inattendus, foisonnant de détails, de flashes-back et de points de vue. L'histoire finit par apparaître comme débridée et le lecteur a du mal à s'impliquer. On ne s'attache pas non plus aux personnages qui semblent dénués de sentiments et d'émotions, le récit restant trop souvent factuel.

Ce roman clin d’œil qui réunit les deux héros fétiches de l'auteur saura peut-être contenter les vrais fans des séries Matthew Hope et 87e District... Pour moi, cela reste un polar correct, sans éclat et fort oubliable.

Le paradis des ratés
sur Amazon

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #Floride, #coup de coude, #litterature americaine, #polar, #1998, #meurtre, #disparition

Publié le 11 Mars 2015

Bingo's run, de James A. Levine

Bingo, c'est un môme des rues de Kibera, un bidonville de Nairobi. Il a 15 ans, fait 1 mètre 20, est débrouillard et court vite. Il met ses jambes au service du trafic de drogue en faisant la navette entre dealers et clients. Un soir, l'équilibre précaire de son quotidien bascule lorsqu'il est témoin du meurtre d'un parrain local de la drogue par l'un de ses lieutenants.

Soyons honnêtes, la quatrième de couverture est alléchante et le roman un peu décevant. L'auteur, dans le style parlé teinté de naïveté et de réalisme, n'hésite pas à emmener le lecteur dans de nombreuses directions. Et c'est notamment l'une des raisons qui m'ont fait décrocher du récit. Entre guerre intestine dans le milieu de la drogue, corruption policière, misère, sida, marché de l'art et légendes locales, le fil narratif est distendu et je n'ai pas eu besoin d'attendre trop longtemps pour me lasser et me perdre. Le portrait d'une jeunesse kényane livrée à elle-même, confrontée à la violence et à la misère n'est pas inintéressant et les intentions sont bonnes mais je suis loin d'être convaincue par le résultat.

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #Kenya, #drogue, #meurtre, #Afrique, #coup de coude, #2014

Publié le 18 Février 2015

Tout peut arriver, de Jonathan Tropper

Comme à son habitude, Jonathan Tropper plonge son personnage dans la tourmente. Zach, la trentaine, a toutes les apparences de l'homme heureux, un bon job, une fiancée aimante, un mariage en vue et un colocataire richissime qui prend en charge la totalité du loyer. Quelques gouttes de sang un matin dans la cuvette des toilettes et la peur de mourir vont l'amener à regarder sa vie en face. Son job l'asphyxie, il aime une autre femme et il a quelques comptes à régler avec son père qui débarque chez lui fort à-propos après des années d'absence.

Si l'on retrouve incontestablement la patte de l'auteur, son humour, ses situations improbables, une certaine tendresse pour ses personnages ou encore son style fluide, ce roman manque toutefois un peu de rythme, de douce folie et de mordant. La lecture en reste tout à fait agréable mais l'on se surprend à y trouver parfois une certaine banalité, des retournements faciles et attendus et des personnages sans grande originalité. C'est probablement parce que les autres livres de Tropper, notamment Perte et fracas et C'est ici que l'on se quitte, m'ont vraiment transportée que j'ai la dent un peu plus dure sur celui-là.

Tout peut arriver
sur Amazon

Voir les commentaires

Rédigé par La fleur des mots

Publié dans #litterature americaine, #coup de coude, #2006, #maladie, #amitié, #couple, #deuil